HISTORIQUE

vendredi 4 mars 2011
par  Claude Ollivier, Philippe
popularité : 28%

Créée en 1904, cette Union ne possède plus de témoins directs de sa création. Les adhérentes les plus anciennes se souviennent qu’elle fut créée à l’instigation de Mlle Marie Daubresse.

A notre connaissance il n’y a pas, encore, de travail universitaire sur cette démarche qui consistait à offrir un cadre d’entraide et de lutte pour une reconnaissance des femmes musiciennes.

Cette action féministe n’est pas la première du genre, cette place étant revendiquée par : l’U. F. P. S. (Union des femmes Peintres et Sculpteurs) fondée en 1881 par Mme Bertaux. Rares sont les associations ou unions qui peuvent revendiquer une longévité équivalente puisque celle-ci disparaît en 1995.

Dans la partie biographique sur : [1] parue chez Fayard signée par le Dr Simon-Pierre Perret, nous apprenons que :

Marie-Daubresse, critique, professeur de musique et sociologue, fonde au mois de mars 1904 cette association qu’elle présidera jusqu’à sa démission pour raison de santé en 1907. Son initiative ne doit alors rien au hasard ; le ministre de l’instruction publique, Joseph Chaumié, venait en effet de signer un décret limitant à quatre le nombre d’élèves femmes dans les classes de violon, d’alto, de violoncelle et de contrebasse au Conservatoire de Paris. Après une décision aussi discriminatoire, le constat était aveuglant : la femme, et plus particulièrement ici l’artiste femme, qui devait être regardée comme une composante sociale à part entière, se voyait refuser ce droit légitime.

Parmi les diverses tentatives d’entraide artistique voire philanthropique entre autres celles dues à l’initiative du Baron Taylor (1797-1877), il en est une destinée aux musiciens en [2]


1 Alberic Magnard : pp. 322 et 323 Simon-Pierre Perret et Harry Halbreich Fayard 2001.
2 Francis Planté (1839-1934) : p. 137 Roseline Kassap-Riefensthal l’Atelier des Brisans 2009.

Contrat Creative Commons
Ce(tte) oeuvre est mise à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Paternité - Partage à l'Identique 3.0 non transcrit.
Claude OLLIVIER pour l’U.F.P.C.


[1Albéric Magnard

[21843.


Documents joints

HTML - 22.9 ko
HTML - 22.9 ko

Navigation

Articles de la rubrique